Eleven Seasons de Paul D. Carter

Eleven Seasons de Paul. D. Carter, Allen & Unwin 2012

Je lis Eleven Seasons de Paul Carter qui a récemment reçu le Prix Vogel qui récompense une fois par an des manuscrits non publiés de jeunes auteurs (moins de 35 ans).

Le roman se divise en 2 parties à quelques années d’intervalle.

1985-1989 
Jason D… a 13 ans au début du roman. Il est passionné de « footy » (australian rules), vit une vie normale d’adolescent avec sa mère célibataire. Il ne fait pas partie de la bande cool du collège, il ne parle pas aux filles, il collectionne les cartes de ses joueurs préférés de l’équipe d’hawthorn, et imagine à travers eux son père. Sa mère a du mal à joindre les 2 bouts. Elle travaille comme infirmière plus de 60 heures par semaine, et compte beaucoup sur son fils. Après plusieurs tentatives, il réussit à la convaincre de le laisser jouer au footy (trop dangereux). Il y excelle mais néglige ces études. Sa mère est trop souvent absente. Il dérive et rencontre d’autres jeunes qui sont « cools ». Ils fument, boivent et l’entraînent de plus en plus loin.

Il tombe fou amoureux aussi, de Daphné.

En 1989, il est le meilleur joueur de l’équipe des Falcons et se voit offrir une place pour un stage intensif avec l’équipe pro d’Hawthorn.

1991-1995
Nous retrouvons Jason. Toujours perdu, il est de retour à Melbourne. Il habite chez Barnaby et s’attache de son chien maltraité. Il déménage chez Erin, s’entiche de Zoé et pense toujours à son amour de lycée, Daphné. Il se sent différent de ces coéquipiers du footy. Puis un jour, un évènement lui sert d’électrochoc. Il part retrouver son père à Echuca, et connaître enfin son histoire.

Je vous laisse découvrir la fin de ce roman d’apprentissage.

Dans ce roman, tout tourne autour du sport national, le footy. Ne connaissant pas les règles et n’ayant jamais assisté à un match, j’étais d’abord sceptique. Finalement, je me suis laissée happer par le style simple de l’auteur. Le footy n’est qu’en périphérie du récit (les longues descriptions de match et d’entrainement m’ont laissé de marbre), l’histoire pourrait se passer à Toulouse, Chicago ou Berlin. Les sentiments de Jason sont ceux de tous les ados qui se sentent incompris, il est égoïste et révolté.
À vous de voir !

Un commentaire sur « Eleven Seasons de Paul D. Carter »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s