Avoiding Mr Right d’Anita Heiss

Avoiding Mr Right d’Anita Heiss, Batam Books 2008

Pour mon premier billet pour le Australian Women Writers Challenge 2012, je me suis plongée dans  Avoiding Mr Right d’Anita Heiss.

Je vous en direz plus sur le Challenge littéraire Australian Women Writers dans un prochain poste. UPDATE ici

C’est ce qu’on appelle un vrai livre pour fille (ou Chick Lit’ en anglais). Divertissant (lu pendant mes vacances dans le bush australien), piquant, et instructif (si si !).

Le synopsis: Peta Tully a rencontré l’homme idéal. Le seul problème c’est qu’elle n’est pas sûre d’avoir déjà envie de se casser. Donc, lorsqu’on lui offre un contrat d’un an à Melbourne pour un poste qui pourrait lui permettre d’atteindre le boulot de ses rêves, elle met sa vie de Sydneysider de côté, fait ses valises et saute dans un avion. Laissant son petit ami fou amoureux d’elle derrière elle, faisant vœux de célibat… mais  ça va s’avérer plus difficile que prévu.

Ceux qui habitent en Australie connaissent la rivalité légendaire entre Melbourne et Sydney, mais pour tous les autres, voilà le type de clichés que les Sydneysiders ont sur notre belle ville de Melbourne.

« – Et pourquoi Melbourne ? demande Liza
– Je sais, je sais, c’est pas idéal, mais le boulot est à Melbourne, donc c’est là-bas que je vais. Et d’ailleurs ce n’est que pour un an.
– Ne soit pas ridicule Peta, tu détestes Melbourne !
– Haïr Melbourne me semble plus approprié…
– En fait, je ne pense même t’avoir déjà entendu dire quelque chose d’agréable sur Melbourne.
[…]
– La qualité principale [de Melbourne] c’est que le boulot me rendra heureuse professionnellement et personnellement, et j’imaginais que ça vous suffirez, mais comme ce n’est pas assez pour vous mesdames, allons-y.
Melbourne regorge d’endroits super pour faire du shopping – vous avez entendu parlé de Tourak road, Chapel street ou Collins street ? Oui, il me tarde d’aller faire du faire les boutiques, grâce à mon augmentation de salaire. J’espère que je pourrais quand même rentrer dans mes nouveaux vêtements, car je passerai aussi mes nuits à gouter la fabuleuse nourriture de Melbourne vers Lygon Street et Johnston Street et, comme j’ai l’intention de vivre à St Kilda, je mangerai probablement aussi trop de gâteaux sur Acland street. Ensuite, comme je vais travailler dans les arts et la culture, j’irai voir des concerts live dans des lieux prestigieux, au Crown Casino, dans des galeries d’arts, au théâtre et bien entendu dans les nombreux bars à vin. Dans le cadre de mes recherches culturelles, j’assisterai à des compétitions sportives, comme le AFL (Australian Football League), qui est une vraie religion à Melbourne. Regarder de magnifiques hommes aux corps sculptés sera ma dose [de cigarette]. En enfin, même si je ne cherche pas d’homme comme vous le savez, je pense que c’est un plus qu’il y ait plus d’hommes célibataires dans les alentours. Il y a beaucoup trop d’œstrogène à Sydney. Et ça ne vient pas que des femmes ! »

« La faiblesse de ton plan, c’est que tu laisses derrière toi tout ceux qui t’aiment, et je ne veux pas juste dire James, mais nous aussi. Et ce n’est pas tout ce que tu abandonnes. Regarde! » Elle fit un geste vers le balcon, vers l’océan étincelante de Coogee. Ma vie entière de Coolangatta jusqu’à Sydney, j’ai vécu avec un littoral d’une extrême beauté à ma porte.
« Et désolée de le mentionner, Melbourne a le MCG mais Sydney a le plus beau port du monde, et son pont. Nous avons aussi l’Opéra de Sydney tu te souviens ? Qui a abrité le premier Corroboree (les Aborigènes interagissent avec le Temps du rêve à travers la danse, la musique et le costume. Source Wikipedia), la nuit d’ouverture de Bangarra (danse aborigène), et des deadlys (remise d’un prix à un aborigène pour récompenser sa contribution à la communauté aborigène) comme tu aimes tant le faire remarquer.  Sydney a des parcs nationaux fantastiques, l’esplanade du Rocks, le plus beau feu d’artifice de jour de l’an du monde et les plages…
– Il y a des plages à Melbourne aussi.

– Tu ne peux pas y nager, Peta.
– Et tu ne peux certainement pas surfer !
– Et as-tu pensé au climat ?
– Bien entendu, et figurez-vous que Sydney reçoit plus d’eau que Melbourne, donc l’idée qu’il pleut tout le temps a Melbourne est un mythe !
– En fait, ça ne l’est pas. On a peut-être plus de pluie, mais ici, elle tombe une bonne fois pour toute, alors que leurs averses sont moins importantes et durent plus longtemps, c’est pourquoi qu’on a l’impression que c’est toujours gris et humide là-bas. »

Je m’arrête là car tout le livre est dans ce style léger et drôle. Certains passages sont même très intéressant car comme Peta est d’origine aborigène (l’auteur aussi) elle donne son point de vue sur la situation entre « whitefellow » et « blackfellow ».  Très parlant ! Ceux qui habitent à Melbourne reconnaitront plein d’endroits familiers ce qui est aussi très agréable. Ceux qui habitent à Sydney, découvriront à quel point la vie Melbournienne est agréable et riche en rebondissements.

C’est un livre de plage qui m’a donné envie d’en savoir plus sur la question passionnante des aborigènes, pari réussi pour l’auteur !

Anita Heiss tient un blog qui pourrait vous intéresser. Elle vient de sortir Paris Dreaming.
Lu en ebook

4 commentaires sur « Avoiding Mr Right d’Anita Heiss »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s