La folie des classiques

Il y a eu le lancement de la collection de Text Publishing, Text Classics en Mai dernier qui a permis à bon nombre de classiques australiens oubliés de refaire leur apparition dans les librairies.

En Août dernier, c’était au tour de Random House de lancer sa collection de classiques Vintage Children’s Classics  destiné aux enfants âgés de 8 à 12 ans avec des titres bien connus du monde anglo-saxon. Parmi les 23 premiers titres on trouve Alice au pays des merveilles, Les quatre filles du Docteur March ou Peter Pan. La collection comprend heureusement quelques auteurs australiens comme Marian Musgrove avec The Worry Tree ou  Deborah Abela et son The Remarkable Secret of Aurelie Bonhoff. J’avoue qu’avec leurs belles couvertures et leur tout petit prix ($9.95),  c’est dur de résister.

Les 4 premières couvertures appartiennent à la collection Vintage Classics de Random house, et les 4 suivantes à Penguin

Random House rejoint une belle brochette d’éditeurs déjà sur le créneau (Puffin Classics, Walker Classics, Ladybird Classics, Sterling Classics ect… ). Mais attention, pour les amoureux de l’Australie le meilleur reste à venir.

A la fin de cette année, Penguin Australian Children’s Classics lance une nouvelle collection exclusivement réservés aux auteurs australiens « c’est une célébration de nos plus précieuses histoires d’enfant publiés dans une magnifique collection, avec une sensibilité classique » déclare un membre de l’équipe de Penguin.  Le lancement de la collection se fera avec Picnic at Hanging Rock de Joan Linsay, Playing Beatie Bow de Ruth Park, Seven Little Australians d’Ethel Turner et I Can Jump Puddles d’Alan Marshall. Quatre autres titres seront publiés en 2013.

En 2013, Text Publishing a annoncé que leur liste de classiques Text Classics s’ouvrira aux livres pour enfant, minutieusement sélectionnés pour ‘leurs qualités de narration’ en privilégiant les  auteurs australiens a expliqué l’éditrice Emily Booth.

Alors qu’est-ce que c’est que cette folie des classiques ? N’y a-t-il pas tous les ans de plus en plus de livres publiés ? Les éditeurs auraient-ils peur de prendre des risques en publiant de jeunes auteurs encore inconnus ? Et a-t-on vraiment besoin de 7 éditions différentes d’Alice au pays des merveilles ?

Article précédement paru sur Le Petit Journal Melbourne

2 commentaires sur « La folie des classiques »

    1. Oui, j’imagine que ce n’est pas pour la prise de risque qu’ils font ca… ils innovent sur les couvertures en tout cas, plus jolies les unes que les autres. ‘sont forts ces Anglo-Saxons !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s