All that I am / Tout ce que je suis d’Anna Funder

All that I am d’Anna Funder, Penguin 2011
Tout ce que je suis, traduit par Julie Marcot et Caroline Mathieu, Editions Héloise d’Ormesson 2013


Si vous suivez ce blog depuis quelques temps, ce roman ne doit pas vous être étranger. All that I am / Tout ce que je suis a reçu un nombre incroyable de prix litéraire l’année dernière, dont le prestigieux Miles Franklin. A l’époque le jury avait admiré

Cet ambitieux roman qui traverse les continents, et les siècles pour nous rappeler que l’expérience de l’exil fait depuis longtemps partie de la vie australienne. […] Inspiré par des entretiens et mémoires de ceux qui ont résisté au 3e Reich, le roman d’Anna Funder est façonné par les souvenirs imparfaits de ses deux narrateurs, Ruth et Toller qui ont survécu pour témoigner. En ce sens, ce roman est à la fois un témoignage de ceux qui ont mené la résistance contre les nazis, et un reflet des moyens limités que la fiction et l’histoire ont sur la représentation d’un passé traumatisant, et pour rendre justice aux victimes.

L’histoire: lorsqu’Hitler arrive au pouvoir en 1933, un groupe uni d’amis et amants deviennent des fugitifs pourchassés du jour au lendemain. Unis dans la résistance contre la folie et la tyrannie du nazisme, ils fuient le pays. Dora, passionnée et courageuse ; son petit-ami, le grand dramaturge Ernst Toller ; sa jeune cousine Ruth et son mari Hans se réfugient à Londres. Là-bas, ils prendront des risques extraordinaires afin de continuer secrètement leurs activités. Mais l’Angleterre n’est pas le havre de paix qu’ils imaginaient, et un seul, terrible acte de  trahison les sépareront.
70 ans plus tard –  Ruth vit à Sydney. Elle a du mal à se réconcilier avec les fantômes du passé, et avec une partie de l’histoire qui est loin d’être oubliée.

J’ai longtemps repoussé la lecture de ce livre parce que pour moi, il ne parle pas vraiment de l’Autralie. Je l’avais néamoins acheté parce qu’il était unanimement acclamé par la critique ici. Me voilà donc lancé dans les aventures de Ruth et Toller, nos deux narrateurs.

Mes impressions sont assez partagées. D’un côté, je n’arrive pas à me passionner pour cette histoire sur fond d’Allemagne nazie. Malgré tout, le roman est bien construit, le thème intéressant et joliment écrit:

Les après-midis. Quand elle [Dora] avait fini son travail, nous marchions bras dessus, bras dessous comme des soeurs, nous parlions de tout ce qui nous passait par la tête, ou nous nous taisions. Les promenades étaient plus lentes, plus vertes – souvent à Hyde Park ou Regent’s park. Un jour d’été à Primrose Hill nous nous sommes allongées dans l’herbe, notre dos lové contre l’épine dorsale de la terre. Le ciel était couleur pastel. Si vous pressiez votre crâne contre le sol meuble et que vous fermiez les yeux, toute la ville pouvait s’écrouler.

De l’autre, je lis beaucoup de bonnes critiques sur de nombreux blogs dont Bite the book, The Intrepid reader, Lisa de ANZ LitLover ou encore Geordie Williamson, critique littéraire pour The Australian. Mais rien y fait… Bref, à relire dans quelques années pour me faire une opinion un peu plus ferme.

N’hésitez pas à me faire savoir ce que vous en avez pensé !

Petit résumé de cette année 2012

Tous les ans à l’occasion de la Foire aux livres de Frankfort, Bookseller & Publisher et Thorpe-Bowker publient un guide sur le monde de l’édition en Australie.

Voici un (tout) petit résumé de ce qui valait le coup d’être lu en 2012

Meilleures ventes – Romans
134,000 ex. Scarecrow and the Army of Thieves de Matthew Reilly
104,000 ex. The opal desert de Di Morrissey
66,000 ex. Lola’s secret de Monica Inerney / The Slap (La gifle) de Christos Tsiolkas
64,000 ex. All that I am de Anna Funder
55,000 ex. Tiger Men de Judd Nunn

Les trois plus primés
All that I am de Anna Funder
Miles Franklin literary awards
Australian Book Industry Awards – Livre de l’année & meilleur roman
Indie – Livre de l’année & meilleur premier roman
Barbara Jefferis Award
Australian Bookseller Association (ABA) Nielsen BookData – Choix des libraires
Western Australian Premier’s – Meilleur roman
Nominé
Victorian Premier’sLiterary Awards for Fiction – Meilleur Roman (Livre récompensé Foal’s bread)
Queensland literary awards – Meilleur Roman (Livre récompensé Foal’s bread)

Foal’s bread de Gillian Mears
Prime Minister’s Literary awards – Meilleur Roman
The Age – Roman de l’année
Australian Publishers Association (APA) – Best designed Literary Fiction Book
Australian Literary Society Gold Medal
Victorian Premier’s Literary Awards for Fiction – Meilleur Roman
Colin Roderick Award
Nominé
Australian Book Industry Awards – Livre de l’année & meilleur roman (Livre récompensé All that I am)
Indie – Meilleur roman (Livre récompensé The Street Sweeper by Elliot Perlman)
Barbara Jefferis Award (Livre récompensé All that I am)
Miles Franklin literary awards (Livre récompensé All that I am)
Nita B. Kibble Literary Awards (Livre recompensé Five Bells by Gail Jones)
Western Australian Premier’s – Meilleur roman (Livre récompensé All that I am)

Sarah Thornhill de Kate Grenville
Australian Book Industry Awards – Roman de l’année grand public
Nominé
Prime Minister’s Literary awards – Meilleur Roman (Livre récompensé Foal’s bread)
Independent booksellers Week Book Awards (UK) – Meilleur Roman (Livre récompensé Why Be Happy When You Could Be Normal? de Jeanette Winterson)
Queensland literary awards – Meilleur Roman (Livre récompensé Foal’s bread)

Prix littéraire du Victoria 2012

Le Victorian Premier’s Literary Awards fut inauguré en 1985 pour marquer le centenaire de la naissance de Vance et Nettie Palmer* et pour honorer et récompenser l’accomplissement des auteurs australiens.

Le but de ce prix est comme pour tous les autres, de promouvoir l’excellence de la littérature australienne, et d’aider les auteurs à vivre de leur art.

Cinq catégories sont représentées (roman, essai, théâtre, poésie, et roman pour ado). Les cinq gagnants de chaque catégorie seront ensuite en lice pour le Victorian Prize for Literature ($100,000).

Les gagnants seront annoncés le 16 Octobre 2012.

En attendant, voici les titres sélectionnés pour les romans et romans pour ado. Je vous conseille de visiter le site du Wheeler Center pour découvrir de nombreuses critiques de chacun des romans. Utile pour faire son choix !

Roman

Foal’s Bread, Gillian Mears
A History of Books, Gerald Murnane
The Cook, Wayne Macauley
Mateship with Birds, Carrie Tiffany
All That I Am, Anna Funder
Cold Light, Frank Moorhouse

Roman pour ado

All I Ever Wanted, Vikki Wakefield
The Shadow Girl, John Larkin
The Shiny Guys, Doug MacLeod

Vous remarquez que les même titres commencent à revenir assez régulierement… Il va falloir que je m’y mette sérieusement !

*Vance et Nettie Palmer furent deux figures bien connues de la scène littéraire australienne des années 1920 à 1950. Ils ont largement contribué au développement et à la promotion de la littérature du pays.

All that I am/Tout ce que je suis gagnant du Miles Franklin Literary Award 2012

Le Prix littéraire Miles Franklin 2012 a été attribué hier soir à All that I am/Tout ce que je suis d’Anna Funder.
Le jury a hésité avec Past the Shallows de Favel Parrett à trois contre deux, mais c’est Funder qui l’emporte une nouvelle fois (son roman a déjà été récompensé cinq fois par d’autres prix en Australie).

Le jury a admiré

Cet ambitieux roman qui traverse les continents, et les siècles pour nous rappeler que l’expérience de l’exil fait depuis longtemps parti de la vie australienne. […] Inspiré par des entretiens et mémoires de ceux qui ont résisté au 3e Reich, le roman d’Anna Funder est façonné par les souvenirs imparfaits de ses deux narrateurs, Ruth et Toller qui ont survécu pour témoigner. En ce sens, ce roman est à la fois un témoignage de ceux qui ont mené la résistance contre les nazis, et un reflet des moyens limités que la fiction et l’histoire ont sur la représentation d’un passé traumatisant, et pour rendre justice aux victimes.

Je n’ai pas eu le temps de commencer ce livre bien qu’il soit sur ma table de chevet depuis quelques semaines… Je ne peux donc pas vous en dire plus, mais voici quand même le pitch de l’éditeur :

« Lorsqu’Hitler arrive au pouvoir en 1933, un groupe uni d’amis et amants deviennent des fugitifs pourchassés du jour au lendemain. Unis dans la résistance contre la folie et la tyrannie du nazisme, ils fuient le pays. Dora, passionnée et courageuse ; son petit-ami, le grand dramaturge Ernst Toller ; sa jeune cousine Ruth et son mari Hans se réfugient à Londres. Là-bas, ils prendront des risques extraordinaires afin de continuer secrètement leurs activités. Mais l’Angleterre n’est pas le havre de paix qu’ils imaginaient, et un seul, terrible acte de  trahison les sépareront.
70 ans plus tard –  Ruth vit à Sydney. Elle a du mal à se réconcilier avec les fantômes du passé, et avec une partie de l’histoire qui est loin d’être oubliée. »

Les droits de ce livre ont été achétés par les Editions Héloise d’Ormesson, mais il ne paraîtra pas en France avant 2013.

Miles Franklin Literary Awards 2012

Les français ont le Goncourt, les australiens le Miles Franklin Literary Award. Le 20 juin prochain, les cinq jurés de ce prestigieux prix littéraire australien annonceront l’heureux gagnant.


Un peu de contexte :
créé en 1957 grâce à la volonté et l’aide financière de (Stella Maria Sarah) Miles Franklin (1879-1954), ce prix est décerné tous les ans à un ouvrage à haute teneur littéraire qui représente des aspects de la vie australienne.

Depuis plusieurs décennies, ce thème ambigu de l’australianité (australianess en anglais) donne lieu à de nombreuses polémiques. C’est pourquoi, cette année il a été annoncé qu’il appartenait désormais au jury d’interpréter cette expression ; ouvrant ainsi les frontières géographiques pour y inclure l’état d’esprit, la langue, l’histoire et les valeurs australienne.

Le premier à avoir reçu cette distinction fut Patrick White (Prix Nobel de Littérature en 1973) pour son livre Voss. En 2012, le prix a été dépoussiéré grâce au choix du jury pour le roman policier de Peter Temple, Truth / Vérité (Editions Payot et Rivages, 2012). Le monde entier s’est alors intéressé à ce prix littéraire qui récompense aussi le sous-genre policier.

Le lauréat recevra la somme de $50,000 (€40,000).

Cette année les finalistes sont :

 All that I am, Anna Funder (favori)
Publié en Australie par Hamish Hamilton (Penguin), août 2011

Past the shadow, Favel Parrett
Publié en Australie par Hachette Australia, mai 2011

Cold light, Frank Moorhouse
Publié en Australie par Vintage Australia (Random House Asutralia), novembre 2011

 Blood, Tony Birch
Publié en Australie par University of Queensland (Penguin), septembre 2011

 Foal’s bread, Gillian Mears
Publié en Australie par Allen & Unwin, novembre 2011