Melbourne récompense Alex Miller

Le Melbourne Prize for Literature récompense tous les trois ans un auteur du Victoria pour l’ensemble de son œuvre dont la contribution littéraire met à l’honneur la littérature australienne, ainsi que la vie culturelle et intellectuelle. Cette année c’est Alex Miller qui a reçu cette distinction, il est l’auteur de 10 livres dont Lovesong (traduit par aux éditions Phébus), Journey to the stone country, Condition of faith, The ancestor game et son dernier roman bientot traduit en français par les éditions Phébus Autumn Laing.

Le prix du meilleur roman a été décerné à Craig Sherborne pour son roman The Amateur Science of Love (Text Publishing, 2011).

C’est la troisième édition littéraire de ce prix qui alterne chaque année entre sculptures urbaines, musique et littérature.

En 2006 le prix Melbourne revint à Helen Garner (auteur notamment de La chambre d’amie traduit par Bernard Turle paru aux éditions Philippe Rey) et celui du meilleur roman à Christos Tsiolkas pour Dead Europe.

En 2009 Gerald Murnane remporte le Prix Melbourne ; un seul de ces livres est traduit en français : Les plaines, traduit par Brice Matthieussent disponible aux éditions P.O.L. Nam Le (d’origine vietnamienne mais élevé en Australie) a reçu le prix du meilleur roman pour son livre Le bateau (traduit par Fance Camus-Pichon paru aux éditions Albin Michel, 2010).

Publicités

Les petits éditeurs ont aussi leur mot à dire

La semaine dernière le Small Press Network (SPUNC) a annoncé le premier gagnant du prix du Livre le plus sous-estimé de l’année, décerné à The cook de Wayne Macauley.

Ce prix mis en place par l’association des petits éditeurs d’Australie est sponsorisé par  Kobo. Il vise à mettre en lumière de très bons livres publiés par les petits éditeurs indépendants en Australie qui n’on pas eu leur place au soleil malgré leur qualité littéraire.

Voici la liste des nominés pour 2012:

  • The Dark Wet de Jess Huon (Giramondo)
  • I Hate Martin Amis et al. de Peter Barry (Transit Lounge)
  • Two Steps Forward de Irma Gold (Affirm Press)
  • The Cook de Wayne Macauley (Text).

Pour ma part, j’avais aimé le livre de Wayne Macauley malgré un style très déroutant.

Vainqueurs des Prix littéraires du Victoria 2012

Mardi 16 octobre, les vainqueurs du Victorian Premier’s Literary Awards 2012 ont été annoncé. Voici la liste complète :

Grand Prix littéraire & meilleur essai
The Biggest Estate on Earth de Bill Gammage
Ce récit met fin au mythe de l’Australie comme nature sauvage avant l’installation des colons, révélant un système complexe de découpage des terres utilisé par les aborigènes à travers le pays.

Prix du meilleur roman
Foal’s beard de Gillian Mears

Prix du meilleur roman pour adolescent
The Shadow Girl de John Larkin

Prix de la meilleure œuvre poétique
Armour de John Kinsella

Prix du meilleur texte dramatique
A Golem Story de Lally Katz

Prix du public
National Interest d’Aiden Fennessy

Ce diaporama nécessite JavaScript.

N’ayant pas lu Foal’s bread, je ne peux pas vous en dire plus, mais je crois qu’il va falloir que je m’y plonge !

La Journée d’alphabétisation des indigènes récompense Anita Heiss

Hier, 5 septembre se tenait la Journée d’alphabétisation des indigènes organisée par l’Indigenous Literacy Foundation. Cette fondation lutte contre les discriminations à l’accès à l’alphabétisation entre les enfants aborigènes et le reste de l’Australie. ‘A l’âge de 15 ans, 1/3 des élèves aborigènes d’Australie n’ont pas les aptitudes et connaissances de lecture nécessaires pour faire face aux défis de la vie et peuvent s’en trouver désavantager bien après l’école.’ (PISA cité dans Bortoli et Cresswell, 2004)

A cette occasion a été remis le Victorian Premier’s Literary Award for Indigenous Writing – Grand Prix Littéraire du Victoria pour l’écriture Indigène. Anita Heiss est l’heureuse gagnante de ce prix ($20,000) pour son livre Am I black enough for you? (Suis-je assez noire pour vous ?) paru chez Random House Australie.

Les autres nominées étaient:

Purple Threads de Jeanine Leane (University of Queensland Press)
The Boundary de Nicole Watson (University of Queensland Press)

 

Am I black enough for you? Anita Heiss

Am I black enough for you ? Anita Heiss - Random hous Australia

Que veut dire être aborigène? Pourquoi l’Australie est-elle obsédée par la notion d’identité? Anita Heiss, auteure à succès et militante passionnée pour l’alphabétisation des aborigènes, est membre de la communauté Wiradjuri de la Nouvelle-Galles du Sud. Elle a été élevé dans la banlieue de Sydney, et éduqué dans une école catholique.  Elle est aborigène, mais cela ne veut pas dire qu’elle aime se promener pieds nus, et ne lui demandez pas d’aller faire du camping dans le désert.

Après des années à stéréotyper les aborigènes d’Australie (habitants de camps ou émeutiers à Redfern), les média australiens leur ont trouvé un nouveau crime, avoir la peau « trop claire » pour être un aborigène d’Australie.  De telles accusations ont mené Anita à prendre position en s’alliant à d’autres pour attaquer en justice un chroniqueur d’un journal pour violation du Racial Discrimination Act ; le journal & chroniqueur ont été reconnu coupable.

 

Les Deadly Awards récompensent les australiens aborigènes

Que de prix littéraires en Australie cet hiver ! Une bonne raison de plus pour rester sous la couette à dévorer ses livres.

Les finalistes pour le prix littéraire des Deadly Awards viennent d’être annoncés. Ce prix récompense les australiens d’origine aborigène pour leur contribution exceptionnelle et leur rôle d’exemple pour la communauté. L’année dernière Anita Heiss avait été récompensé pour la quatrième fois pour son livre Paris Dreaming. Le gagnant sera annoncé le 25 septembre lors d’une soirée exceptionnelle à l’Opéra de Sydney. Vous êtes tous invités à voter en ligne sur le site vibe.com.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Sont nominés au prix littéraire :

Ali Cobby Eckermann Ruby Moonlight
Dub Leffler Once There Was a Boy
Chaise Eade Second Life
Sue McPherson Grace Beside Me
John Maynard The Aboriginal Soccer Tribe: A History of Aboriginal Involvement with the World Game

Encore de quoi vivre de belles aventures !

Place aux femmes

En juillet dernier, deux prix littéraires réservés exclusivement aux écrivains australiennes ont été remis à Gail Jones et Favel Parrett pour leur contribution à la scène littéraire australienne.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le Nita B Kiddle literary awards récompense une œuvre de fiction ou un essai écrit par une écrivain établie. Cette année le jury a récompensé Gail Jones pour son roman Five Bell. La lauréate a reçu la somme rondelette de $50,000.

Voici le résumé de l’éditeur, n’ayant pas lu le livre:
Par un jour radieux à Sydney, quatre personnes convergent vers Circular Quay où se trouve l’Opéra de Sydney et Harbour Bridge. Chacun est hanté par ses souvenirs : Ellie est préoccupée par son expérience de petite fille, James par une tragédie dont il se sent responsable, Catherine par la perte de son frère bien aimé à Dublin, et Pei Xing par son emprisonnement en Chine pendant la révolution culturelle. Raconté en un seul jour, Five Bells décrit de façon saisissante ces quatre vies qui se font échos. Le soir-même sous le ciel orageux de Sydney, chaque vie est changée pour toujours.

Le Dobbie Litterary awards récompense un premier ouvrage également écrit par une femme. Le prix a été attribué à Favel Parrett pour Past the Shallows. Un roman captivant qui retrace la vie de deux jeunes garçons dans la nature sauvage de la Tasmanie que je vous conseille vivement !

Depuis quelques années, un grand débat occupe le centre de la scène littéraire australienne et mondiale. Les femmes sont de moins en moins nominées et récompensées par les prix littéraires. Un exemple frappant: depuis la création du Prix Littéraire Miles Franklin en 1957 les femmes ne l’on remporté que 14 fois, dont 3 fois dans les 11 dernières années. Rappelons au passage que (Stella Maria Sarah) Miles Franklin était une femme.

Le rapport publié en 2011 par l’association VIDA Women in Literary Arts montre également que les livres écrit par des femmes font l’objet de quatre fois moins de critiques que ceux de leurs homologues masculins, et bien que les femmes soient de plus grandes lectrices que les hommes, leurs critiques sont moins nombreuses dans les journaux spécialisés. La littérature ‘féminine’ est devenue un sous-genre, de moindre qualité, s’attachant à des thèmes soi-disant moins universels que ceux des hommes.
S’agit-il de “sexisme littéraire”? Sans aucun doute.

Heureusement, plusieurs initiatives sont nées à la suite  de ce constat.
Le blog Australian Women Writers a vu le jour en 2011, c’est une précieuse source d’information pour tous ceux et celles qui veulent en savoir plus sur les auteurs australiennes. Il permet aussi d’avoir un bon aperçu des arguments de chacun face à ce problème. En 2012 ils ont mis en place le Australian Women Writers Challenge (auquel Le Koala Lit participe). Il s’agit d’encourager les lecteurs à lire plus de livres écrits par des femmes (tout genre confondu) et de publier des billets sur son propre blog (ou sur le site Goodread.com) pour partager ses impressions. Le challenge se termine le 31 Décembre 2012.

Un autre exemple de combativité, Sophie Cunningam (qui fut rédactrice en chef de plusieurs magazines culturels, éditrice et auteur) et 12 de ses consœurs  ont crée The Stella Prize. Ce prix dont la première édition aura lieu en 2013 annoncera à grand renfort de publicité les nominées et lauréates et récompensera la gagnante de $50,000. Le prix “célèbrera et reconnaîtra l’écriture féminine australienne, encourageant les futures générations d’auteurs et accroîtra de façon significative le nombre de lecteurs des livres écrits par des femmes.”

Publié le 7 Août sur Le petit journal

Prix littéraire du Victoria 2012

Le Victorian Premier’s Literary Awards fut inauguré en 1985 pour marquer le centenaire de la naissance de Vance et Nettie Palmer* et pour honorer et récompenser l’accomplissement des auteurs australiens.

Le but de ce prix est comme pour tous les autres, de promouvoir l’excellence de la littérature australienne, et d’aider les auteurs à vivre de leur art.

Cinq catégories sont représentées (roman, essai, théâtre, poésie, et roman pour ado). Les cinq gagnants de chaque catégorie seront ensuite en lice pour le Victorian Prize for Literature ($100,000).

Les gagnants seront annoncés le 16 Octobre 2012.

En attendant, voici les titres sélectionnés pour les romans et romans pour ado. Je vous conseille de visiter le site du Wheeler Center pour découvrir de nombreuses critiques de chacun des romans. Utile pour faire son choix !

Roman

Foal’s Bread, Gillian Mears
A History of Books, Gerald Murnane
The Cook, Wayne Macauley
Mateship with Birds, Carrie Tiffany
All That I Am, Anna Funder
Cold Light, Frank Moorhouse

Roman pour ado

All I Ever Wanted, Vikki Wakefield
The Shadow Girl, John Larkin
The Shiny Guys, Doug MacLeod

Vous remarquez que les même titres commencent à revenir assez régulierement… Il va falloir que je m’y mette sérieusement !

*Vance et Nettie Palmer furent deux figures bien connues de la scène littéraire australienne des années 1920 à 1950. Ils ont largement contribué au développement et à la promotion de la littérature du pays.